naar top
Menu
Logo Print
05/12/2018 - BABETTE SOETAERT

ARIE-JEAN FAIT ENTRER LES ANCETRES D'AVANT-GUERRE DANS LE 21E SIECLE

UNE SYMBIOSE DE TECHNIQUES CLASSIQUES ET DE TECHNIQUES MODERNES

Arie-JeanLorsqu'on entre dans l'atelier d'Arie-Jean à Waarschoot, on est instantanément catapulté au début du 20e siècle. En effet, cette entreprise de réparation belge accueille des Bugatti, des Rolls-Royce ou des Minerva vintage, qui y stationnent plusieurs années afin de retrouver leur gloire d'antan. Mais ne pensez pas que le gérant Arjen Gerinaert aborde ces ancêtres avec des techniques de restauration vintage! Pour ces voitures historiques, il utilise une technologie high-tech, offrant ainsi un service au plus haut niveau possible.

”Cela rapporte de moins en moins d'avoir de l'argent en banque. Les ancêtres conservent leur valeur et procurent enormement de plaisir”

- Arjen Geirnaert

RACINES ANGLAISES

Le gérant Arjen Geirnaert a une vision claire. Il n'accepte que le meilleur. Et cet état d'esprit a porté ses fruits, comme le confirme son atelier rempli d'histoire. Ce succès, Arjen l'a construit avec des hauts et des bas grâce à son amour pour la restauration.
“J'ai toujours aimé restaurer des choses. Après deux ans de sciences commerciales, j'ai décidé de suivre ma passion et je me suis inscrit à une formation en mécanique automobile. Lors de ma dernière année, j'ai organisé mon travail de fin d'étude et mon stage, et je suis arrivé dans une entreprise anglaise, A. Archer, où l'on ne restaurait que des voitures d'avant-guerre. Jusque-là, je n'avais aucune connaissance de ces voitures et je savais à peine que ce type de restauration existait. C'est donc ainsi qu'est né mon intérêt pour les voitures vintage." En 2004, Arjen franchit finalement le pas et crée son entreprise. Mais elle n'a quasiment aucun rapport avec celle où il a fait son stage. Alors que, chez A. Archer, presque tout était fait manuellement, chez Arie-Jean, on accorde plus que jamais de l'attention aux technologies les plus modernes. Arjen réussit donc à faire entrer les ancêtres dans le 21e siècle.

SOUCI DU DETAIL HISTORIQUE

Restauration

Incroyablement complet. Voilà comment décrire le processus de restauration d'Arie-Jean. Au fil des ans, l'entreprise a développé ses propres méthodes uniques et est parvenue à élaborer un processus de restauration pour chaque pièce. Des ressorts à lames aux blocs moteur, en passant par les conduites et les échappements, l'équipe d'Arjen Geirnaert ne recule devant aucun défi. “Quand un ancêtre arrive chez nous pour être restauré, j'effectue toujours un parcours test si c'est possible. En règle générale, je n'arrive pas à revenir à mon point de départ, mais au moins, j'ai appris où je dois commencer le processus de restauration. Notre but principal est de garder ces voitures en état, mais plus nous décomposons la voiture, plus nous tombons sur des problèmes cachés qu'il faut résoudre si l'on veut profiter de la voiture pendant plusieurs années encore. Pour le moment, nous avons une Bentley 6½ Liter de 1927 qui s'est effondrée sur ses roues et qui s'avère avoir également un bloc moteur déchiré. C'est pour cette raison spécifique que la plupart de ces voitures restent souvent plusieurs années dans l'atelier."

Connaissance historique

Arie-jean
Chez Arie-Jean, on arrive déjà à faire plein de choses avec les bons schémas et manuels

La plupart des voitures dans l'atelier ont 80 à 90 ans. Par conséquent, ce n'est pas du tout une sinécure de les restaurer. Mais avec les bons schémas et manuels, on arrive déjà à aller très loin. Bien sûr, la question est de savoir comment consulter ces documents en 2018 et comment rassembler des connaissances. “Il s'agit surtout de copier ce qui existe déjà. A côté de ça, j'effectue énormément de recherches, tant dans des archives que dans des musées et chez des collègues. Via Internet, j'ai aussi pu trouver plusieurs manuels et modes d'emploi d'origine d'Audi et de Rolls-Royce. Tout n'est pas toujours utilisable, mais souvent, cela nous permet déjà d'avancer. De plus, j'ai un très vaste réseau de collègues expérimentés et spécifiques aux marques qui sont prêts à m'aider. Grâce à des schémas d'atelier d'origine, nous avons, entre autres, pu restaurer l'arbre de transmission et la boîte de vitesses d'une Bugatti type 55."

Arie-Jean
Grâce au SolidWorks 3D Development, n'importe quelle pièce de moteur peut être reproduit

REVERSE ENGINEERING

La restauration est souvent synonyme de remplacement. Comme les pièces de rechange pour ce type de voiture sont rares et comme il n'y a pas deux voitures les mêmes, Arie-Jean fabrique et reproduit toutes les pièces de moteur imaginables via SolidWorks 3D Development et de nombreux autres logiciels de développement. Les pièces peuvent être construites en se basant sur des schémas techniques, des pièces de moteur existantes, des croquis ou des photos. 
“Nous n'utilisons cette technique que depuis un an. Comme aucune voiture dans mon atelier n'est standardisée, il s'agit d'une technique qui est utilisée chaque jour. De plus, toutes ces voitures étaient assemblées à la main à l'époque et les pièces de rechange sont donc quasiment inexistantes. Comme nous n'avons généralement pas de base, que tout doit être fait sur mesure et que les pièces ont souvent déjà été traitées par d'autres, il s'agit d'un processus qui prend énormément de temps."

Méthode de travail

“Nous commençons généralement par mesurer la pièce à remplacer. Cela peut se faire à la main ou bien avec les bras de mesure FARO, qui permettent de palper ou de scanner. Ensuite, nous créons un gabarit du schéma en 3D et nous examinons les possibilités. Actuellement, nous révisons une culasse pour une Audi 920. Cette voiture avait besoin d'un nouveau joint de culasse et d'un nouveau cache-soupapes. Sans notre machinerie, cela aurait demandé un travail de titans. De plus, grâce à notre large parc de machines, nous ne sommes quasiment pas dépendants de tiers et nous ne devons plus attendre que des commandes arrivent, ce qui raccourcit le processus de restauration."

CULASSE AUDI 920

Arie-Jean

Pour la culasse d'une Audi 920, Arie-Jean a fabriqué le joint de culasse et le cache-soupapes via SolidWorks 3D. Actuellement, on est en train de fraiser à nouveau des arrondis dans le joint de culasse. Comme les trous de fixation ont été fermés lors d'une restauration précédente, ceux-ci sont à nouveau percés. Les joints en liège ont également été découpés avec la découpeuse à jet d'eau OMAX. Les récents investissements entraînent donc une symbiose de techniques classiques et de techniques modernes.

Matériel

Pour pouvoir réaliser de telles restaurations, Arie-Jean a investi dans une énorme machinerie. Ainsi, l'entreprise possède une découpeuse par jet d'eau OMAX, un tour CNC, deux tables de fraisage CNC, quatre machines traditionnelles, un banc de pliage, un logiciel de CAO, un logiciel de FAO et deux bras de mesure FARO. 
“Il existe d'autres entreprises qui travaillent comme nous, mais elles ont 50 à 60 employés et se situent généralement dans l'industrie métallurgique plutôt que dans l'industrie automobile. Autrement dit, nous sommes uniques dans notre branche et cela porte ses fruits."

SERVICE

Service impeccable

Arie-Jean propose un service au niveau le plus élevé possible et applique cette philosophie dans toutes ses activités.“Chaque jour, nous insistons auprès des clients et du personnel sur le fait que notre service est au top. Aucune pièce n'est montée sur la voiture sans avoir été contrôlée par au moins deux personnes, parmi lesquelles moi. Aucun projet/stade intermédiaire n'a lieu sans que j'en fasse partie. Bien sûr, l'expérience de mes collaborateurs joue aussi un rôle très important dans la proposition de ce type de service.  A l'égard des clients, c'est une question de communication continue pour garder une bonne entente."

Arie-Jean
Même la structure en bois pour la tôle (Bugatti type 55) est entièrement reproduite

Intérieur et extérieur

Le processus de restauration ne se limite pas à ce qui se passe en dessous du capot ou de la carrosserie. Si le client le souhaite, il est aussi possible de s'attaquer à l'intérieur et à la carrosserie. Pour le moment, ce service est encore en cours de développement, mais il y a bel et bien des projets visant à le déployer au sein de l'entreprise. “Mon père s'occupe toujours de la restauration des boiseries. Cela va des pièces pour le tableau de bord et l'intérieur jusqu'à la structure en bois complète pour la tôle. Nous avons également des projets concrets pour la réparation et la restauration de la carrosserie et de l'intérieur. Mais il faut d'abord acheter le matériel nécessaire."

Assistance sur les rallyes vintage

Arie-Jean se charge aussi de tout le support technique et de l'assistance lors de rallyes vintage partout dans le monde. “En général, nous préparons entièrement les véhicules pour le rallye. A côté de ça, nous pouvons aussi réaliser l'entretien ou les réparations pendant le concours et nous pouvons assurer le transport vers le site de l'événement. Nous offrons aussi un support technique pour les organisateurs d'événements d'ancêtres. Par exemple, nous avons déjà offert nos services au Grosser Bergpreis, au Flying Scotsman et à l'Eiffelrennen (Nürburgring)."

PERSONNEL

Il y a dix ans, trouver le personnel adéquat n'était pas une sinécure pour Arjen: “Je ne savais pas comment ni où chercher. Aujourd'hui, je sais que je dois être dans les écoles. J'ai longtemps travaillé avec du personnel expérimenté, mais quand les gens ont de l'expérience, on ne peut plus les former. Les jeunes avec une solide formation permettent de remédier à ce problème. Il est beaucoup plus facile de les embaucher et de leur inculquer sur le terrain les normes et les valeurs de l'entreprise. Bien sûr, nous ne négligeons pas tout ce qu'ils ont à apporter. Souvent, un jeune a de meilleures idées que moi. Ainsi, pour le moment, j'ai trois collaborateurs qui sont arrivés chez nous via un stage ou un job de vacances."

VISION D'AVENIR

Avec Arie-Jean, Arjen Geirnaert prouve que le marché des ancêtres est encore en pleine essor. “S'il n'est pas pris pour cible par des bombes atomiques 'vertes', ce marché va continuer à évoluer. Même si le marché de l'ancêtre belge n'en est qu'à ses débuts, de plus en plus d'entreprises professionnelles vont arriver sur le marché. En outre, les ancêtres suscitent actuellement beaucoup d'intérêt de la part des jeunes. Les voitures vintage qui sont dans mon atelier, sont trop chères pour leur portefeuille, mais pas les petits bus Volkswagen, ni les R4. Aujourd'hui, beaucoup de jeunes achètent un ancêtre et plus ils vieilliront, plus leur intérêt et leur budget vont augmenter. De plus, cela rapporte de moins en moins d'avoir de l'argent en banque. Les ancêtres conservent leur valeur et procurent énormément de plaisir", conclut Arjen. 

Arie-Jean
Lorsqu'on entre dans l'atelier d'Arie-Jean à Waarschoot, on est instantanément catapulté au début du 20e siècle