naar top
Menu
Logo Print

VVW TOUAREG SANS VITESSE DU VEHICULE

'Des modules 'dormant' chargent le circuit

Notre spécialiste du diagnostic a récemment reçu dans son centre de diagnostic une Volkswagen Touareg construite en 2004. Ce SUV était doté d'un moteur 2.5 TDI, de code moteur BAC. Le problème? Pas de vitesse du véhicule sur l'instrument combiné et pas de communication possible avec l'unité ABS. Le garagiste avait pensé à un module ABS défectueux mais après son remplacement, les problèmes subsistaient. Le spécialiste du diagnostic a débloqué la situation.

ANALYSE DU PROBLEME

Sur la base des symptômes, notre spécialiste supposait que le problème se situait au niveau de la communication du bus CAN entre les modules. La vitesse du véhicule est, en effet, transmise depuis le module ABS via ce réseau de bus CAN notamment à l'instrument combiné. La communication de diagnostic se fait également via ce réseau. Il était donc plutôt logique que le mécanicien pense que le module même était défectueux.

Après avoir constaté par nous-mêmes qu'aucune communication de diagnostic n'était effectivement possible avec l'unité ABS, nous avons décidé de prendre notre mesureur et un schéma correct et de mesurer au niveau des fils de bus CAN de l'unité ABS. Le but était de visualiser la communication du bus CAN, et d'en déduire s'il s'agissait éventuellement d'un problème de câblage ou de module. Un détail important: avec notre appareil de diagnostic, nous avons effectué un scan du véhicule complet. Il a aussi révélé un problème de communication avec le module 4x4.


ANALYSE DU SIGNAL MESURE

Dès la communication du bus CAN au niveau de l'unité ABS clairement visualisée, nous avons procédé à notre analyse. Nous avons tiré les conclusions suivantes.

  • Nous sommes tout d'abord certains que la communication arrive au module ABS et qu'il n'y a donc pas de rupture de fil;
  • Nous constatons deuxièmement une anomalie au niveau de la tension de repos du bus. Elle doit, en effet, être de deux fois (arrondi) 2,5 V tandis que nous mesurons ici une tension de repos d'environ 2 V.
Imaginons que cette tension de repos plus faible entraîne une communication mauvaise ou impossible, cela vaudrait aussi pour tous les autres modules sur le réseau. Alors que les problèmes se limitent aux modules ABS et 4x4. Nous trouvons toutefois cela étrange et nous demandons par qui ou par quoi la tension de repos d'un bus CAN est générée.
En fait, c'est simple: chaque module raccordé fournit cette tension de repos au bus. La tension de repos est autrement dit la valeur moyenne des tensions fournies par tous les modules raccordés. Cela donne, en combinaison avec les résistances de charge, une valeur moyenne de deux fois 2,5 V (CAN-H et CAN-L). Il y a donc quelque chose qui réduit cette tension. Une résistance dans le câblage? Un module? Vu que les problèmes se situent clairement au niveau des modules ABS et 4x4, nous décidons de répéter notre mesure, mais avec les deux modules déconnectés. Cette opération est un coup dans le mille: nous mesurons à nouveau une tension de repos d'environ 2,5 V!

 

RUPTURE DE FIL

Apparemment, les deux modules chargent le réseau. Mais comment?

Nous reprenons notre schéma électrique de notre unité ABS et procédons au contrôle de toutes les alimentations et masses. Bingo! Il manque une alimentation après contact. Un peu de travail de recherche et quelques schémas supplémentaires plus tard, il s'avère que l'alimentation manquante est commutée par un relais et que cette alimentation commutée sert non seulement pour notre module ABS mais alimente aussi le module 4x4 en tension.
Le relais se trouve sous le siège du conducteur et est commandé par le module Kessy (keyless entry module). C'est justement dans ce fil pilote entre le module Kessy et le relais que se situe le problème. Le fil est interrompu. De ce fait, les deux modules restent en 'mode veille', avec les problèmes connus que cela génère. Une fois le fil réparé, tous les problèmes sont donc résolus.
 

CONCLUSION

Ce qui nous reste surtout en tête, c'est la tension de repos anormale du bus CAN. Apparemment, des modules 'dormant' ne participant pas activement à la communication mais raccordés chargent le circuit. La tension du réseau passe par les émetteurs-récepteurs CAN mais ils ne fournissent pas de tension sup-plémentaire au réseau. Cela a apparemment le même effet sur le circuit qu'une résistance de passage dans le câblage.