naar top
Menu
Logo Print
Artikel - 29/11/2017

L'AFFILIATION, LE PLAISIR SANS LA CONTRAINTE

Garage Mangelschots, content du choix en faveur de PCA

Depuis 2011, le garage Mangelschots à Arendonk est membre de Peugeot Citroën Association (PCA). Dans les années qui ont précédé, le père, Jan, et le fils, Peter Mangelschots étaient des concessionnaires Peugeot et Citroën agréés. “A la longue, nous étions trop dépendants des exigences élevées que les deux constructeurs automobiles nous posaient en tant que concessionnaire”, commentent-ils. “Ceci entraînait de gros investissements obligatoires qui ne pouvaient pas toujours être récupérés. La collaboration avec PCA est nettement plus souple. Nous recevons un appui suffisant du groupe et les obligations sont quasi inexistantes.”

HISTORIQUE

Jan Mangelschots a débuté comme garagiste indépendant en 1971. Après trois ans, il a engagé son premier salarié et quatre ans plus tard, l'équipe comptait déjà cinq mécaniciens et un collaborateur dans le département carrosserie. “A cette époque, j'ai décidé de devenir concessionnaire Peugeot officiel. Tout s'est bien passé durant sept ans environ, jusqu'à ce que surgissent des problèmes avec la concession. Puis, j'ai été garagiste indépendant durant quelques années. En 1999, j'ai décidé de devenir concessionnaire agréé de Citroën. Entre-temps, mon fils, Peter, collaborait déjà dans le garage. En 2009, il a repris l'affaire.”

HAUTES EXIGENCES

Peter Mangelschots: “Dans cette période, nous sentions que Citroën nous posait des exigences sans cesse plus élevées en tant que concessionnaire. Nous devions engager trois salariés, deux dans l'atelier et un à la réception. Ceci posait problème, car les épouses aidantes n'étaient pas prises en compte, par exemple. En matière d'infrastructure et d'achat d'outils, les exigences étaient aussi élevées. A un certain moment, nous devions investir 2.000 euros dans de nouveaux outils pour un nouveau modèle Citroën."

"Si nous ne le faisions pas, nous ne pouvions que vidanger l'huile de ces voitures. Aucune autre réparation. Nous étions obligés d'acheter à chaque fois de nouveaux sets de câbles pour la pose de diagnostics. Et qu'est-il advenu? On a livré des sets de câbles pour des versions ou des options de voitures qui n'étaient pas livrées en Belgique. Ces investissements accrus et la prise de conscience que les marges bénéficiaires sur la vente, l'entretien et les réparations s'amenuisent constamment, nous a conduits à mettre fin à notre concession officielle et à redevenir garagiste indépendant.”


GARAGISTE INDEPENDANT

“En tant que garagiste indépendant, il n'était toutefois pas facile d'accéder à toutes les informations techniques indispensables. Celles-ci sont nécessaires pour exécuter les réparations. Vous pouvez acheter ces infos en ligne, mais à prix fort. Si vous voulez toutes les infos de tous les types pour lesquels vous effectuez l'entretien, cela vous coûte une sérieuse somme d'argent. Nous avons donc cherché une autre solution.”

PEUGEOT CITROEN ASSOCIATION

Peter Mangelschots a trouvé la solution chez Peugeot Citroën Association aux Pays-Bas. “Lorsque nous avons opéré la transition vers PCA en 2011, un seul garage belge était affilié. Sur ce plan, nous figurons parmi les pionniers. A ce jour, nous sommes particulièrement satisfaits de notre affiliation. Nous payons une cotisation d'affiliation trimestrielle de € 565 et en échange, nous recevons toutes les infos techniques nécessaires de tous les modèles Peugeot et Citroën. De plus, PCA soutient le marketing de ses membres par un matériel de promotion. Un format de site web est aussi mis à disposition et nous le complétons nous-mêmes. Si nous le souhaitons, nous pouvons participer à des achats groupés. Par exemple pour l'achat des pièces d'origine Peugeot et pour les huiles.”




Pas d'obligations

“C'est aussi, du reste, l'avantage d'une affiliation chez PCA. Vous recevez beaucoup pour votre cotisation trimestrielle, mais vous n'avez pas d'obligations. En effet, nous ne sommes pas obligés d'acheter chez PCA, tout comme PCA nous permet de déterminer le look de notre show-room, l'agencement de notre garage ou la fixation de notre salaire. Tout ceci fait que nous sommes particulièrement satisfaits de la collaboration.”

CLIENTS

Malgré le fait que le garage Mangelschots ne soit plus un concessionnaire Peugeot et Citroën agréé, 90% des voitures entretenues ou réparées proviennent de ces marques. 90% des clients sont des particuliers. Les 10% restants sont des entreprises. Celles-ci représentent bel et bien 30% du chiffre d'affaires, parce qu'elles font circuler plusieurs voitures et parcourent bien plus de kilomètres. “Lorsque nous étions concessionnaire agréé Peugeot, nous entretenions nettement plus de voitures de société”, déclare Jan Mangelschots.

“Entre autres, tous les véhicules postaux des diverses communes avoisinantes. Au moment où la concession officielle a disparu, ces clients sont aussi restés en rade bien évidemment. Entre-temps, les faits montrent que de nombreux conducteurs particuliers abandonnent le trajet vers leur concessionnaire de marque officiel et se rendent chez nous pour l'entretien de leur voiture. Beaucoup confient l'entretien à leur vendeur agréé durant la période de garantie, bien qu'ils n'y soient pas obligés par les conditions de garantie. Lorsque cette période est achevée, ils viennent chez nous. La principale raison est le prix plus bas, alors que le service reste tout aussi bon.”


VENTE D'OCCASION

“Le plus grand chiffre d'affaires – quelque 60% – est généré actuellement par la vente de voitures d'occasion. L'entretien et les réparations représentent quelque 30% du chiffre d'affaires. Les 10% restants concernent la vente de nouvelles voitures. Nous les vendons via un concessionnaire agréé ami.” Le garage Mangelschots est établi sur le terrain industriel Hoge Mauw à Arendonk depuis 1992. Pas directement un emplacement idéal, si votre clientèle se compose en majorité de particuliers, pensez-vous.

“C'est vrai qu'un emplacement le long d'une roue très fréquentée pourrait attirer plus de clients pour la vente de voitures d'occasion. Mais cet inconvénient est très relatif. En effet, la plupart des clients cherchent d'abord leur voiture d'occasion sur Internet. Ils ne se rendent chez le vendeur que quand ils sont réellement intéressés. Et dans ce cas, la distance n'est pas un problème. Un client est venu en train et en bus, spécialement pour chercher une petite Citroën. Il avait amené ses plaques françaises, il a payé cash et est reparti peu de temps après …”


INVESTISSEMENTS

Nous ne trouvons pas de plan d'investissement strict pour l'avenir au garage Mangelschots. “Nous n'achetons qu'au moment où ceux-ci s'imposent”, affirme Peter Mangelschots. “Il y a deux ans, nous avons acheté un nouveau pont élévateur Weishaupt. Nous en avions déjà deux, encore en bon état, mais les camionnettes ne cessent de s'alourdir. Nous avons donc acheté un pont élévateur d'une capacité de charge de 5.000 kg. En 2013, nous avons renouvelé notre générateur d'air chaud, avec lequel nous chauffons l'atelier.”


PUBLICITE

Le garage Mangelschots fait très peu de publicité. “Nous visons surtout le marché local. Nous le faisons via le sponsoring de quelques événements locaux et un club de cyclistes. Nous avons aussi collaboré durant des années avec le personnel d'un circuit de cross automobile local et un jour, nous avons logé un moteur dans une voiture amortie par la Croix-Rouge de Bruxelles, mais transférée à la section locale de la Croix-Rouge, ici à Arendonk. Dans la promotion, nous utilisons les techniques des classes moyennes locales.”


L'AVENIR

“Il était plus facile avant de gagner de l'argent comme garagiste”, estime Jan Mangelschots. “Les clients nous laissaient leur voiture avec la communication 'veillez à ce qu'elle soit totalement en ordre’. Nous faisions le nécessaire et le client payait la note. Maintenant, nous constatons que les plaquettes de frein devraient être remplacées, mais que le client préfère encore attendre un peu … Les marges bénéficiaires plus petites et la concurrence plus forte compliquent encore la situation actuelle. Toutefois, je suis convaincu qu'un garagiste qui offre un bon service à prix acceptable, a encore un bel avenir devant lui. Même si le nombre d'entretiens par voiture se réduit comme une peau de chagrin. On pourrait penser que la forte présence d'électronique dans les voitures contemporaines réduit peu à peu les réglages sur les voitures, mais les faits le démentent. En effet, j'assure des services de dépannage depuis plus de 35 ans pour Europe Assistance. Très souvent, je dois déposer une voiture à réparer chez des mécaniciens qui exercent un métier secondaire en plus de leur emploi régulier …”